La fin d'une légende : le Salon de l'automobile de Genève tire sa révérence après près de 120 ans

Salon de l'automobile de Genève

 

SALON DE L'AUTOMOBILE DE GENÈVE

 

 
Le Salon de l'automobile de Genève, une institution emblématique et un événement phare du calendrier automobile mondial, ferme ses portes après presque 120 ans d'existence.
Un constat amer pour les organisateurs
Alexandre de Senarclens, président de la fondation du Salon international de l'automobile de Genève, a expliqué que les préparatifs pour l'édition 2025 révélaient un désalignement profond avec les attentes du marché. "Nous avions l'impression d'aller à l'encontre du marché", a-t-il déclaré. Malgré une édition 2024 prometteuse, les perspectives pour 2025 se sont avérées décevantes.
Des signaux négatifs de l'industrie
Sandro Mesquita, le directeur général du Salon, a souligné que l'objectif pour 2025 était de doubler le succès de 2024. Cependant, les signaux reçus des constructeurs étaient mauvais. Plusieurs grands noms de l'industrie ont indiqué que le Salon de Genève n'était plus aligné avec leur stratégie ou qu'ils n'avaient pas de nouveautés à présenter. Cette situation est symptomatique des profondes mutations que traverse l'industrie automobile, notamment avec l'essor de l'électromobilité et des véhicules autonomes, ainsi que l'émergence de nouveaux acteurs qui exercent une pression énorme sur les constructeurs traditionnels.
Un marché en déplacement
Le centre de gravité de l'industrie automobile se déplace vers l'Asie, comme en témoigne le succès du dernier salon automobile de Pékin, qui a rassemblé tous les géants du secteur. En Europe, l'intérêt pour les salons automobiles est en déclin. Les salons de Munich et de Paris bénéficient encore du soutien des constructeurs nationaux, alors que la "neutralité" de Genève, autrefois un atout, est désormais perçue comme un désavantage.
Un coup dur pour Genève
La fermeture du Salon de l'automobile représente une perte significative pour le canton de Genève. Palexpo, le centre d'exposition construit spécifiquement pour le Salon, a accueilli à son apogée 120 exposants, 10 000 journalistes et 600 000 visiteurs. Cet événement attirait des amateurs du monde entier, notamment de Suisse alémanique, venus en pèlerinage pour admirer les nouveautés automobiles.
Un héritage qui perdure
Malgré cette fermeture, Genève restera associée à l'automobile grâce au Geneva International Motor Show (GIMS) qui se tiendra désormais à Doha, au Qatar. Le nom de Genève sera conservé, bien que l'organisation passe aux mains des Qataris. Néanmoins, Genève demeure une destination clé pour les salons internationaux, comme le prouve le succès du salon horloger Watches and Wonders, aux retombées économiques comparables aux meilleures années du Salon de l'automobile.
La disparition du Salon de l'automobile de Genève marque la fin d'une ère. Cet événement, qui a été le témoin de nombreuses premières mondiales et a accueilli des marques prestigieuses, laisse un vide dans le monde de l'automobile et pour la ville de Genève.

Ne manquez plus nos actualités, grâce à notre site internet et nos réseaux sociaux.

HAUT